[27/11] Journée de solidarité au profit de la caisse de grève régionale de la CNT-RP

Publié le par V

Le Samedi 27 novembre de 14 heures à minuit la L'Union Régionale CNT-RP organise une journée de solidarité au profit de la caisse de grève régionale CNT-RP

 

http://www.cnt-f.org/urp/images/stories/affiches/fte.jpg

 

14 heures : il y a 100 ans, un exemple de répression patronale : Jules Durand, un anarcho-syndicaliste du Havre sous les verrous. Débat autour du dernier livre des éditions CNT-RP, L’Affaire Quinot, un forfait judiciaire (Émile Danoën).

16 heures : Construire dès aujourd’hui la société de demain. La CNT, c’est quoi ?

- Venir au syndicat, pourquoi ? 
- Prud’hommes : y aller, pourquoi et comment ? 
- Mener la lutte, construire la grève, comment ?

19 heures : concerts

- Pristine Grey (Indie folk, Paris, http://pristinegrey.com
- HK et les Saltimbanks (chanson alternative et musique roots, Roubaix, avec HK et Jeoffrey du Ministère des affaires populaires, MAP, http://myspace.com/hksaltimbank)

 

Salon du livre neuf et d’occasion, tables des syndicats, restauration…

Prix libre. 
En soutien à la caisse de grève régionale de la CNT-RP. Au 33 rue des Vignoles, Paris 20e. Métro Avron ou Buzenval.

 

Une caisse de grève: pourquoi?

Une caisse de grève permet de récolter et de rassembler des fonds. Une fois mis en commun, ce permet de défrayer, au moins partiellement, les journée de salaires perdues par les grévistes. Aujourd’hui, la lutte contre l’injuste réforme des retraites s’enracine et dure désormais depuis 2 mois et, depuis 2 semaines, certain.e.s salarié.e.s sont en grève reconductible. Ces dernier.e.s ont donc d’ores et déjà perdu prés de la moitié de leur salaire mensuel. Aujourd’hui, le gouvernement reste sourd à la contestation sociale. Il a décidé de battre les travailleurs à l’usure. Mais nombreux sont les secteurs où les salarié.e.s ont décidé de ne rien lâcher et de continuer le combat. Dans les transports, les raffineries, l’éducation ou chez les agents territoriaux, la grève s’intensifie par de nombreuses actions menées quotidiennement

Le nerf de la guerre, c’est l’argent. L’État et le patronat le savent bien. Si leurs profits sont immenses, nos bas salaires ne nous permettent pas de continuer indéfiniment la lutte.

Si vous considérez, comme la majorité des travailleurs et travailleuses de ce pays, que ce combat pour la justice sociale est légitime, alors vous comprendrez cet appel à une participation financière. Les sommes recueillies aident à la reconduction et à l’élargissement de la grève et ainsi de la lutte.

Nombreux et nombreuses sont les salarié.e.s à ne pas pouvoir faire grève, qu’il s’agisse d’une ou de plusieurs journées d’action. Si par des dons, même modestes, ces derniers peuvent contribuer au mouvement social actuel, alors nous prouverons que la solidarité est une force essentielle du combat des travailleurs.

Publié dans SOLIDARITÉ INTERPRO

Commenter cet article