Petite action au Resto U à Nanterre

Publié le par V

Aujourd'hui mercredi 18 mars 2009, une quarantaine d'étudiant-e-s grévistes se sont invités au restaurant universitaire pour parler aux autres étudiants et au personnel, de leur lutte, avec banderoles et tracts (voir ci-dessous).

Qui sommes-nous ?
Nous sommes des étudiants en grève, syndiqués ou non, désireux de se réapproprier la fac et de recréer des liens de solidarité,

Que voulons-nous ?
Nous luttons contre la privatisation des services publics et plus précisément de l'université. Nous nous opposons donc à la loi L.R.U, aux décrets qui en découlent et aux processus européens qui leur ont ouvert la voie (Bologne, Lisbonne).
Nous voulons une université libre, gratuite, critique et accessible à tous ! Une université indépendante de tout soucis de rentabilité, de compétitivité: l'Université n'est pas une entreprise, le Savoir n'est pas une marchandise !

Pourquoi cette action ?
Parce-que le CROUS n'est pas épargné par la logique de privatisation, comme en témoigne le rapport Lambert, qui n'est autre que la loi LRU version CROUS.
Nous nous alarmons du fait que le CROUS (rattaché au ministère de l'Enseignement Supérieur) s'éloigne de sa mission sociale pour se plier aux exigences de profit et de rentabilité.
D'année en année on constate que les coûts de tous les services du CROUS augmentent : ticket resto U, loyers de la cité U (à Nanterre, cette année, 58% d'augmentation). Et de l'autre côté, le budget des bourses est revu à la baisse ! A quand le remplacement des bourses par l'endettement des étudiants avec des prêts ?

A qui nous adressons-nous ?
Nous voulons envoyer notre message à tous : étudiants, personnels BIATOSS ou non, enseignants. Notre action n'est pas dirigée contre le personnel du Resto U, c'est l'unité qui nous permettra de renverser la vapeur !

Tous en grève ! Tous dans la rue Jeudi 19 mars !
Départ de Nanterre 12h30 devant le bât E,
Départ de la manifestation 14h30 à République.

                La commission action,





Publié dans FAC OFF

Commenter cet article