Violences policières contre des étudiants à Rennes

Publié le par V

Communiqué de l'université de Rennes 2 relatif aux violences policières durant la manifestation de ce jeudi 26 février.

Communiqué de l'université Rennes 2 en grève.

Depuis plusieurs semaines, la communauté universitaire s'est engagée dans une lutte contre les réformes imposées par le gouvernement. Après plusieurs manifestations massives, dans l'éducation ou aux côtés d'autres secteurs, et devant le mépris affiché par les autorités politiques et médiatiques, les étudiants réunis en assemblée générale ont décidé de recourir à des modes d'actions plus incisifs.

Après la manifestation de ce jeudi 26 février, environ 400 personnes se sont retrouvées au métro La Poterie pour bloquer la rocade sud et distribuer des tracts. Une intervention policière brutale et sans sommation a forcé le cortège pacifique à se disperser. Injures, coups et provocations se sont abattus sur les manifestants même isolés ou à terre. Les pompiers ont évacués des blessés.

Cette violence policière n'est hélas pas une exception. Elle devient la seule réponse du gouvernement et vise à criminaliser toute forme de contestation. Nous dénonçons avec la plus vive énergie cette dérive autoritaire qui ne saurait en aucun cas résoudre les conflits sociaux ou nous détourner de nos objectifs.

Les étudiants et les personnels BIATOSS et enseignants de l'université de Rennes 2.

http://www.universiterennes2engreve.com/INFOS/Entrees/2009/2/27_VIOLENCES_POLICIERES_DU_JEUDI_26_02.html

Témoignages sur  le forum de Rennes II
--------------------------

Le Syndicat des Travailleurs de l'éducation d'ile et vilaine de la CNT condamne la répression policière contre les manifestations de ces derniers jours : de soutien à la Guadeloupe puis universitaires.

La violence policière sans sommation a fait 5 blessés étudiant qui ont du être hospitalisés Jeudi 26 février lors de la tentative pacifique d'envahissement de la rocade.
La forte présence policière, CRS et Brigade Anti-Criminalité lors de la
manifestation du 26 février témoigne d'une volonté toujours grandissante
de criminalisation du mouvement social.
Face au mouvement social la réponse des tenants du pouvoir est la répression, nous ne l'admettons pas. Le CNT-STE 35 témoigne de sa solidarité avec les blessés, avec tout ceux qui luttent, tout ceux en butte à la répression.
A bas l'Etat (toujours) policier !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article