Soutien aux sans-papiers dans leur lutte pour la dignité (tract des "oubliés de st-paul")

Publié le par V

Tract du collectif de sans-papiers « les oubliés de St Paul » qui occupe actuellement l'église Saint Paul ( 55, bd Emile Zola à Nanterre) :


    Les sans-papiers travaillent, cotisent, paient des impôts, participent à la production des richesses... Nous faisons les routes, construisons les immeubles, les entretenons, nous préparons les repas des restaurants, ramassons les poubelles, sommes de caristes, prenons en charge le brochage le routage de la presse, nous faisons les lits et lavons les toilettes des hôtels, nous nettoyons les bureaux...
Nous sommes la France qui se lève tôt, très tôt !
    Les patrons en nous exploitant portent atteinte à l'ensemble de vis acquis sociaux, de vos salaires et de vos conditions de travail.
    La régularisation des sans-papiers nous concerne tous et toutes : travailleurs sans papier, travailleurs français, même solidarité, même droits.

Les « invisibles » ont pris la parole, ils ne s'arrêteront pas !

Depuis  avril 2008, les grèves et les occupations de sans-papier se sont multipliées partout en France. Nous sommes 58 sans-papiers à l'église St-Paul de Nanterre, constitué en collectif : « les oubliés de St Paul ».

Nous revendiquons la régularisation pour tous !

Jusqu'à présent la préfecture reste bloquée sur sa position et refuse de sortir du cadre étroit du traitement administratif inhumain des dossiers.
Pour sortir de cette impasse nous avons besoin de toutes et de tous, population, associations, partis politiques, élus de Nanterre et des communes du 92.

Nous vous appelons :

A signer la pétition de soutien au collectif « les oubliés de Saint Paul »

A venir à la réunion du comité de soutien chaque lundi à 18h30 à l'Eglise Saint Paul
 
A apporter du soutien individuel en vous rendant à l'Eglise Saint Paul (Nanterre)

A participer au rassemblement mercerdi 29 octobre à 12h devant la Préfecture des Hauts de Seine, place des droits de l'homme à Nanterre


Publié dans SANS PAPIERS

Commenter cet article